Les mille et un défis d’Annie Papageorgiou, nouvelle directrice générale du CQTS

Annie Papageorgiou dirige le Conseil québécois sur le tabac et la santé depuis le mois d’août.

Nommée en août dernier à titre de directrice générale du Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS), Annie Papageorgiou n’en est pas à son premier défi… ni à son dernier! Qui est cette nouvelle actrice de la lutte contre le tabagisme au Québec? Et quelles sont ses visées pour le CQTS?

Le parcours professionnel d’Annie Papageorgiou a de quoi impressionner. Elle a notamment été directrice générale de la Fondation Jean Lapointe et l’heureuse initiatrice du très populaire défi 28 jours sans alcool. Avec des missions telles que la prévention des risques liés à la consommation d’alcool ou de cannabis chez les jeunes, il va sans dire qu’Annie Papageorgiou aime les défis. « J’aime particulièrement contribuer à quelque chose de plus grand que moi. Au CQTS, je serai donc comblée puisque l’organisme mène de nombreuses actions dans la lutte contre le tabagisme, dont les recours collectifs contre les cigarettiers, la Semaine pour un Québec sans tabac, la promotion des services J’ARRÊTE et l’animation du site Web Québec sans tabac. Cela dit, mon principal cheval de bataille est de réduire le taux de tabagisme québécois à 10 % d’ici 2025. »

Le pouvoir de la prévention

Oui, voilà à quoi s’attelleront Annie Papageorgiou et son équipe : diminuer la prévalence du tabagisme québécois, notamment par l’avènement d’une première génération sans fumée. « Pour ce faire, je n’hésiterai pas à mobiliser des intervenants de divers milieux, tels que les milieux scolaire et communautaire, et à les soutenir dans la mise sur pied de programmes de prévention efficaces. »

Annie Papageorgiou avec une partie de son équipe au CQTS. De gauche à droite : Dominique Bernier, David Bicari, Sylvain Quidot, Annie Papageorgiou, Christophe Magnette et Isabelle Mailhiot.

Bien que la prévention soit souvent le parent pauvre des programmes de santé et que le tabac soit considéré par certains comme une question réglée, Annie Papageorgiou est convaincue qu’informer et outiller adéquatement la population permet à tout un chacun, par la suite, de prendre les bonnes décisions par rapport à sa santé. « Ainsi, dans les années à venir, attendez-vous à ce que le tabac soit un sujet d’actualité et que le CQTS fasse preuve d’originalité pour parler des effets néfastes de fumer, que ce soit la cigarette, la cigarette électronique ou le cannabis. » En somme, les défis d’Annie Papageorgiou sont nombreux. Mais à l’écouter parler de ceux-ci avec motivation et énergie, nul doute qu’elle et son équipe arriveront à les relever.

Catherine Courchesne