Des TRN plus accessibles

TRN_infirmiere3Les thérapies de remplacement de la nicotine (TRN) représentent une aide précieuse pour les fumeurs qui souhaitent se libérer du tabac. Lorsqu’elles sont prescrites par un professionnel de la santé, elles sont partiellement remboursées et, donc, plus faciles d’accès. Depuis janvier 2016, certaines infirmières sont autorisées à prescrire ces médicaments, ce qui signifie que les fumeurs peuvent les obtenir plus aisément.

« Ces infirmières doivent répondre à trois exigences, dit Pauline Plourde, directrice-conseil par intérim aux Affaires externes de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) : détenir un baccalauréat en sciences infirmières, avoir obtenu l’attestation de prescription et posséder les connaissances requises en arrêt tabagique. » Ce sont les Centres intégrés de services sociaux (CISS) et les Centres intégrés universitaires de services sociaux (CIUSS) qui s’assurent que les infirmières qui prescrivent des TRN ont les compétences pour le faire.

logotype-oiiq-couleur-grandPour soutenir ces professionnelles de la santé, l’OIIQ a publié un guide étoffé des meilleures pratiques sur les TRN . Ce document d’une vingtaine de pages répond clairement aux questions que plusieurs se posent sur ces médicaments. Réalisé en collaboration avec la Direction de santé publique de Montréal et l’Institut national de santé publique du Québec, il indique notamment à qui prescrire des TRN, quelle dose recommander ainsi que le type de suivis à effectuer. Au final, c’est le soutien aux fumeurs en arrêt tabagique qui y gagnera.

Anick Labelle