Le Défi J’arrête, j’y gagne! : toujours pertinent

Défi J'arrête

En 15 ans, quelque 360 000 fumeurs québécois ont relevé le Défi J’arrête, j’y gagne! : ne pas fumer pendant au moins six semaines, du 1er mars à la mi-avril. Cette année, 19 000 fumeurs s’y sont essayés. La page Facebook de l’événement a gagné environ 30 % d’adeptes. « Les participants ont besoin d’échanger », explique Christine Blondeau, chargée de projet, Campagnes sociétales chez Capsana, l’organisme qui orchestre le Défi. Plus de 6000 participants ont téléchargé SOS Défi. Cette application pour téléphone mobile, développée par Capsana, leur a permis de recevoir facilement des messages d’encouragement de leurs proches.

Depuis 2004, cependant, les inscriptions au Défi ne cessent de chuter. Sauf en 2011, où elles ont grimpé de 46 % avec l’introduction des inscriptions en solo. Même s’il est moins populaire, le Défi demeure tout de même pertinent. En effet, deux participants sur trois ne fument pas pendant cette période. Un an plus tard, environ 20 % d’entre eux n’ont toujours pas recommencé. Sans aucune aide, seulement 3 à 5 % des fumeurs arrivent à se libérer du tabac.

Anick Perreault-Labelle