Les cancers digestifs : un méfait méconnu du tabagisme

Chaque année, la Semaine pour un Québec sans tabac (SQST) met en lumière un effet délétère du tabagisme sur la santé. Cette année, elle se penche sur les cancers digestifs, une conséquence méconnue, quoique bien réelle, de cette dépendance.

Quand on pense aux méfaits du tabagisme sur la santé, les maladies pulmonaires et cardiaques sont celles qui viennent spontanément à l’esprit. Pourtant, le tabac combustible sous toutes ses formes (cigarettes, cigares, pipes, etc.) est un facteur de risque important dans le développement des cancers digestifs, dont celui du foie, de l’œsophage, de l’estomac, du pancréas et du côlon. À titre d’exemple, 20 à 30 % des cancers du pancréas sont liés au tabac. Ce risque augmente en fonction du nombre de cigarettes et d’années de tabagisme.

Des morts évitables

Alerter la population québécoise aux cancers digestifs causés par le tabagisme, pour augmenter les chances d’enrayer ce fléau et de sauver des vies, voilà le but de l’édition 2021 de la SQST. Rappelons que le tabagisme est la première cause de mortalité évitable dans la province, car il en tue chaque année plus de 12 000 Québécois et Québécoises, soit une pandémie aussi grave, sinon plus grave que la COVID-19! De surcroît, la plupart des cancers digestifs ont des taux de prévalence et de mortalité élevés. En 2018, le cancer colorectal (côlon et rectum) était le deuxième type de cancer le plus fréquent au Canada, après celui du poumon.

Le temps est compté

Organisée par le Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS), la SQST offre divers outils de communication visant à provoquer une réflexion urgente sur les méfaits du tabagisme. Tout d’abord, son slogan-choc, « Arrêtez. Maintenant. », sous-entend la question suivante : pourquoi attendre à demain avant d’arrêter de fumer, sachant que chaque cigarette consommée augmente le risque de développer un cancer digestif lié au tabagisme, alors que se libérer du tabac diminue ce risque? Le temps est compté, la santé est fragile. Il faut donc agir, maintenant.

Bien sûr, afin de propager ce message auprès du plus grand nombre de personnes possibles, d’autres outils de communication verront le jour, tels des publicités sur les grandes chaînes de télévision, une affiche, une page Web, du contenu pour les médias sociaux, tout comme une vidéo où figure le nouveau porte-parole de la SQST (dont l’identité est pour l’instant gardée secrète). Ces outils sont offerts à tous gratuitement sur le site Web du CQTS.

Une activité pour les jeunes

Cette année, le CQTS a aussi arrimé à la thématique et au contenu de la SQST l’activité jeunesse clés en main « C’est ça la question! » Cette activité a pour but d’engager les jeunes dans une réflexion sur le marketing insidieux du tabagisme et du vapotage et de les sensibiliser aux enjeux et aux messages clés de la SQST. Au programme, on retrouve une présentation PowerPoint, des capsules vidéo, des jeux loufoques et un invité spécial, Massi Mahiou. À noter que le CQTS crée chaque année trois activités clés en main pour la prévention du tabagisme et du vapotage destinées aux intervenants des milieux scolaire et communautaire.

Une Semaine et un mois à inscrire à votre agenda

La SQST se déroulera du 17 au 23 janvier 2021, ainsi que tout le mois de janvier sur les médias sociaux. Cela dit, les fumeurs sont invités à entreprendre une démarche d’arrêt tabagique dès MAINTENANT auprès des services J’ARRÊTE. Ces services, offerts gratuitement par téléphone, par texto, en ligne ou en personne (à moins que les mesures sanitaires ne l’interdisent), ont aidé jusqu’à aujourd’hui des centaines de milliers de personnes à se libérer du tabac. Souhaitons que ce nombre augmente au point que ces services perdent leur raison d’être… et que la Semaine pour un Québec sans tabac devienne, plus tôt que plus tard, la célébration de la Semaine d’un Québec sans tabac.

Catherine Courchesne