Le tabagisme : un gouffre de 17 milliard $

L’usage du tabac coûte environ 17 milliards $ par année aux Canadiens et près de 4 milliards $ aux Québécois, estime une étude dont les résultats ont été rendus publics à la fin avril. Réalisée par le Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT), Les coûts de l’abus de substances au Canada – 2002 portait sur la consommation d’alcool, de tabac et de drogues illicites.

L’abus de ces substances représente une charge avoisinant les 40 milliards $ pour l’économie canadienne, ou 1 267 $ par habitant. En termes économiques, l’« abus » désigne la consommation d’un produit pour lequel les coûts imposés à société sont supérieurs à ceux déboursés par le consommateur pour se le procurer. Les conséquences du tabagisme figurent donc en tête de liste avec 42,7 % de la note, tandis que l’alcoolisme (36,6 %) et l’usage de drogues illégales (20,7 %) suivent non loin derrière.

L’estimation a été effectuée à partir d’une méthodologie complexe. Lorsque plusieurs hypothèses permettaient d’évaluer les coûts, l’approche la plus conservatrice était systématiquement retenue. Subventionné par Santé Canada, le CCLAT est un organisme de renseignements sur les toxicomanies fondé en 1988, qui fournit des conseils sur les façons de réduire les méfaits sociaux, économiques et sanitaires causés par les substances précédemment mentionnées.

Tabac : le prix de la dépendance

La principale conséquence du tabagisme est la perte de productivité (12,47 milliards $) qui découle de l’absentéisme au travail ou du décès prématuré des fumeurs. Les sommes nécessaires à soigner les maladies liées au tabac s’élèvent à 4,36 milliards $ tandis que les 78 millions $ annuellement investis en prévention et en recherche et les 87 millions $ de dommages provoqués par les incendies impliquant des cigarettes complètent la facture.

Pour illustrer différemment les préjudices causés par la consommation de tabac au Canada, on estime qu’en 2002, elle a entraîné la perte de 515 607 années de vie potentielles et a exigé plus de 2 millions de journées d’hospitalisation.

Importance de l’étude

Selon le directeur général du CCLAT, Michel Perron, calculer les conséquences économiques de l’alcoolisme, du tabagisme et des toxicomanies, fournit des données fiables qui convaincront peut-être les gouvernements de remettre ces problèmes sociaux à l’agenda. L’évaluation de ces coûts sert aussi à déterminer l’efficacité des programmes en place et permet de définir les secteurs où il serait judicieux d’effectuer davantage de recherche.

Provinces et territoires

Sensiblement les mêmes d’une province à l’autre, les coûts (par habitant) imputés à l’abus de substances étaient nettement supérieurs dans les territoires. Ils représentaient 2 184 $ au Nunavut comparativement à 1 166 $ au Québec. En ce qui a trait au tabac, la situation diffère. Exception faite du Nunavut (697 $), c’est au Yukon (362 $) et dans les Territoires-du-Nord-Ouest (460 $) que la charge économique imposée à la société était la moindre. À l’inverse, le Nouveau-Brunswick (618 $), Terre-Neuve (684 $) et la Nouvelle-Écosse (662 $) sont les provinces les plus hypothéquées par le tabac. Au Québec, ces coûts étaient estimés à 532 $ par habitant en 2002.

Retour en 1996

La première étude à avoir estimé de façon détaillée les coûts sociaux reliés à l’abus de substances remonte à 1996. Également conduite par le CCLAT, elle était basée sur des données de 1992. À l’époque, les conséquences de la consommation abusive de psychotropes légaux ou illégaux étaient évaluées à 18,5 milliards $, soit 649 $ par habitant. Le tabac représentait environ 51 % de cette somme, l’alcool 41 % et les drogues illicites 8 %. Les auteurs de l’étude actuelle déconseillent toutefois les comparaisons directes avec l’étude de 1996 parce que les méthodes d’estimation ont évolué et que les données ne sont pas les mêmes.

Une lutte efficace

Même si les coûts de l’abus de substances sont à la hausse, le fardeau que représentent les maladies liées au tabac s’est quelque peu atténué au cours des dix dernières années. Les chercheurs indiquent que cette diminution pourrait être attribuable à l’amélioration des mesures de contrôle du tabagisme instaurées dans les années 80 et 90. Or, pendant que la société paie pour soigner les victimes du tabagisme, les cigarettiers continuent d’engranger des recettes enviables. Ensemble, les trois principales compagnies de tabac canadiennes – JTI-Macdonald, Imperial Tobacco et Rothmans Benson & Hedges – ont réalisé un chiffre d’affaires totalisant près de 2,5 milliards $ en 2004.

J. H.