Opération médias réussie

Par Denis Côté

agent de presse de la Semaine québécoise sans fumer 1997

On peut être assez satisfait de la couverture médiatique de la Semaine québécoise sans fumer, qui se tenait du 20 au 26 janvier.

Les quatre meilleurs résultats furent le reportage sur le lancement de la semaine aux nouvelles TVA, le 20 janvier à 22h, une trentaine de minutes à l’émission Un jour à la fois du même jour, encore sur TVA, une série de sketches en ouverture de l’émission L’Écuyer, sur SRC le jeudi 23, puis la page 7 en entier du Journal de Montréal du mardi 21 (au-delà de 300 000 copies).

Plusieurs autres quotidiens et émissions de télévision, de nombreux postes de radio et hebdomadaires régionaux, ont également traité du sujet.

Mais pour rejoindre l’ensemble de la population, on doit évaluer les résultats comme le font les agences de publicité, en tenant compte des tirages ou des cotes d’écoute. Concernant le tabagisme, il n’y a pas de public à négliger: on a autant besoin de l’appui des non-fumeurs que de la compréhension des fumeurs. Toutes les classes de la société doivent être visées, autant les élites que les assistés sociaux, autant les jeunes que les plus âgés.

Le Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS) et l’Association pulmonaire du Québec (APQ) ont particulièrement incité les médias à s’impliquer dans la Semaine québécoise sans fumer. Le CQTS a fait conna’tre, par une conférence de presse tenue au Complexe Desjardins, les résultats de son Opération Espaces sans fumée, au cours de laquelle 116 entreprises ou institutions, où travaillent 40 000 employés, s’étaient engagées à mieux protéger les non-fumeurs. Sept médias étaient représentés à la conférence, quatre postes de télévision et trois services de nouvelles radio.

Initiatives régionales

Plusieurs organismes ont émis des communiqués ou même organisé leur propre conférence de presse à l’occasion de la semaine québécoise. Cela n’a gêné en rien le CQTS, bien au contraire ! Plus les médias seront appelés à traiter du tabagisme, plus ils comprendront qu’il s’agit d’un sujet important. La Société canadienne du cancer s’est notamment distinguée en rendant publique l’interdiction de fumer dans les épiceries de l’Abitibi-Témiscamingue et en remettant des certificats d’honneur à des entreprises sans fumée.