Qui utilise les centres d’abandon du tabagisme ?

Fumeuse

Les femmes sont plus nombreuses à utiliser les Centre d’abandon du tabagisme.

Ce sont surtout les femmes sans emploi, très dépendantes du tabac et en mauvaise santé qui utilisent le service de counseling des centres d’abandon du tabagisme (CAT) selon une récente étude de l’institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Paru en juillet 2012, le Portrait de la clientèle des centres d’abandon du tabagisme analyse les caractéristiques de quelque 1400 fumeurs qui ont fréquenté un CAT pour la première fois en 2010. On y apprend que 57 % d’entre eux sont des femmes, alors que celles-ci ne comptent que pour 38 % des fumeurs quotidiens au Québec. On y apprend aussi que 62 % des usagers des CAT ne travaillent pas et que la majorité de ceux-ci sont à la retraite.

Gros fumeurs en mauvaise santé

Autre donnée intéressante : ceux qui fréquentent un CAT sont généralement de gros fumeurs. ils brûlent en moyenne 21 cigarettes par jour, contre 15 pour l’ensemble des fumeurs quotidiens. Seize pour cent d’entre eux en consomment même 26 ou plus chaque jour, ce qui est le cas de moins de 10 % des fumeurs québécois.

Enfin, ceux qui utilisent les CAT sont habituellement en piètre santé. Deux sur trois souffrent de maux physiques et environ un sur quatre est atteint d’un problème de santé mentale. Les maladies respiratoires sont particulièrement répandues : environ le tiers des clients est atteint d’asthme, d’emphysème ou d’une bronchite chronique.