Nouveaux milieux sans fumée : des mesures appréciées‎

Il n’y a pas de doute : les messages envoyés sur la dangerosité du tabac étaient assez contradictoires avant l’adoption de la Loi concernant la lutte contre le tabagisme. Il était permis de consommer un produit dangereux dans l’habitacle réduit d’une voiture, sur la terrasse d’un restaurant ou dans un terrain de jeu pour enfants. Un produit qui, de surcroît, était aromatisé à la fraise, à la menthe ou au moka. La loi interdit maintenant de tels usages, ce qui réjouit les groupes de santé et favorise l’avènement d’une première génération sans tabac d’ici 2025.

Ainsi, depuis le 26 mai, il est interdit de fumer dans une dizaine de nouveaux lieux, dont les terrasses, les voitures transportant un jeune de moins de 16 ans, les terrains de jeu pour enfant, les terrains sportifs, les terrains des camps de vacances et les terrains de centres de formation professionnelle. Dès le 26 août, la vente au détail des produits du tabac comportant une saveur ou un arôme autre que ceux du tabac sera également interdite.

Info-tabac 115 fumee secondaire

Une population favorable

Si ces mesures ont été décriées par les cigarettiers, leurs groupes de façade et certains commerçants, elles sont généralement bien accueillies. En effet, entre 70 % et 90 % de la population les approuve, montre un sondage mené par la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac en juillet 2015. « J’aime beaucoup pouvoir m’asseoir sur une terrasse sans respirer de fumée secondaire, dit Geneviève, 43 ans, questionnée par Info-tabac alors qu’elle mangeait un repas avec des amis sur une terrasse de la rue Saint-Denis. Mon père est décédé d’un cancer : j’ai donc vu de près les souffrances causées par le tabac. » Heureusement, grâce à ces nouvelles mesures, l’hécatombe due au tabac perdra en importance.

Anick Labelle