Les services J’ARRÊTE : un soutien à démystifier

Nouvelle image de marque, nouveau site Web, nouveau message : les services J’ARRÊTE font peau neuve pour amener davantage de fumeurs à utiliser ces soutiens aussi profitables que méconnus.

Info-tabac 118 j'arrete logo

Le nouveau logo des services J’ARRÊTE.

Une aide professionnelle de grande qualité, gratuite, offerte quasiment en tout temps, en tête à tête ou dans le confort de son foyer. C’est exactement ce
que proposent les services j’ARRÊTE aux fumeurs qui veulent se libérer du tabac. Cette offre sans pareil gagnerait à être mieux connue. Pour attirer davantage de fumeurs, la nouvelle campagne de promotion des services J’ARRÊTE mettra l’accent au cours des
trois prochaines années sur la façon dont ces services aident les fumeurs et les raisons de leur efficacité. L’objectif? Augmenter l’utilisation des trois services J’ARRÊTE : les centres d’abandon du tabagisme, la ligne téléphonique et le site Web.

Des services utiles et méconnus

Info-tabac 118 j'arrete publicité

Les publicités pour les services J’ARRÊTE utilisent des témoignages pour expliquer comment ces services aident les fumeurs.

Faut-il le rappeler? Cesser de fumer est bien plus qu’une simple question de volonté. Les fumeurs vont toutefois jusqu’à tripler leurs chances de réussite si, en plus d’utiliser une thérapie de remplacement de la nicotine, ils font appel à l’un des services J’ARRÊTE. Des sondages montrent que la notoriété de ces services est déjà bonne : les fumeurs connaissent leur existence et savent comment y accéder. Depuis 2012, après tout, les emballages des produits du tabac affichent le numéro de la ligne et l’adresse du site vivezsansfumee.gc.ca/abandon (qui redirige l’internaute québécois vers le site jarrete.qc.ca). « Ce que les fumeurs ignorent, c’est qui est au bout du fil et comment cette personne peut les aider à écraser, dit Isabelle Mailhiot, chef de service, Communication et développement au Conseil québécois sur le tabac et la santé, l’organisme chargé de la promotion des services. Plusieurs croient, à tort, que cette personne va se contenter de leur répéter que fumer est mauvais pour eux, voire les juger, et leur proposer des trucs et des solutions toutes faites. » Cette nouvelle campagne, au contraire, montre que les spécialistes des services J’ARRÊTE offrent un soutien personnalisé qui s’adapte au rythme de cessation des fumeurs, à leurs besoins et à leurs disponibilités.

jarrete.qc.ca : une mise à jour
Par ailleurs, juste à temps pour la Semaine pour un Québec sans tabac, le site Web jarrete.qc.ca sera complètement revu d’ici janvier, ainsi que sa version anglophone iquitnow.qc.ca. « Tout a été révisé en profondeur, autant la forme que le fond », dit Isabelle Mailhiot. Sur le fond, c’est toute l’approche qui a été repensée. À l’avenir, jarrete.qc.ca s’appuiera sur la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT). « Cette méthode invite les fumeurs à changer leur réaction lorsqu’ils éprouvent une envie de fumer, explique André Bourgeois, agent de liaison et développement de projets au CQTS, qui a participé de près à la refonte du site. Plutôt que lutter contre cette envie, voire la nier, l’ACT les amène à en prendre conscience et de la laisser vivre, tout en gardant en tête leur objectif de cessation tabagique. »

Sur la forme, le site sera épuré et sa navigation, facilitée. Les textes, quant à eux, ont été simplifiés et vulgarisés afin de joindre un plus grand public. Enfin, plusieurs vidéos et exercices basés sur l’ACT seront intégrés au nouveau site Web pour aider les fumeurs à mettre en pratique cette approche. Autant d’éléments qui devraient attirer davantage de fumeurs et les aider à écraser pour de bon!

Anick Labelle