Les cigarettiers américains forcés de reconnaître leurs torts

Les quatre plus grands cigarettiers des États-Unis diffusent présentement des messages sur les méfaits du tabac et leur rôle dans l’épidémie du tabagisme. Un acte encore nécessaire aujourd’hui.

Dans la prochaine année, les messages que les Américains verront dans les journaux et à la télévision sur les méfaits du tabac ou les fraudes des cigarettiers proviendront des groupes de santé, des gouvernements et… des cigarettiers eux-mêmes. Ce n’est toutefois pas par grandeur d’âme que l’industrie reconnaît ses torts, mais bien parce qu’un jugement rendu il y a plus de 10 ans l’oblige à le faire.

Les publicités que les cigarettiers ‎diffusent à la télévision sur les ‎méfaits du tabac sont extrêmement ‎sobres.‎

Une condamnation de longue date

Ce geste des cigarettiers fait suite à la décision de la juge américaine Gladys Kessler, rendue en 2006, qui condamnait pour fraude les quatre plus grands cigarettiers aux États-Unis (Altria, Philip Morris USA, et deux compagnies qui appartiennent aujourd’hui à British American Tobacco : R.J. Reynolds Tobacco et Lorillard). « Pendant plus de 50 ans, écrit la juge Kessler, les cigarettiers ont menti, fait des affirmations inexactes et trompé le public américain […] à propos des effets dévastateurs du tabac et de la fumée secondaire sur la santé. » (notre traduction) Résultat : les dommages causés par le tabac demeurent méconnus, pour ne rien dire des agissements de l’industrie. C’est ce que démontre un sondage mené récemment par l’Oklahoma Tobacco Research Center auprès d’environ 2000 Américains. En effet, seulement le tiers environ des répondants savaient que le tabac tue plus que les meurtres, le sida, les drogues, les accidents de la route et l’alcool combinés, ou que les cigarettiers avaient été condamnés pour fraude. Pire : moins de la moitié des personnes savaient que les cigarettes légères ne délivrent pas moins de goudron que les cigarettes régulières, ou que l’industrie avait nié les méfaits du tabac sur la santé.

En 1994, les sept plus ‎grandes compagnies américaines de ‎tabac – dont R.J. Reynolds – ont toutes affirmé, ‎sous serment, que la nicotine n’était ‎pas toxicomanogène (addictive).‎

18 affirmations pour rectifier les faits

Après 11 ans d’efforts de la part des cigarettiers pour retarder ou affaiblir le jugement de Kessler, 18 affirmations attribuées aux compagnies de tabac ont commencé à être diffusées en novembre 2017 afin de rectifier les faits. Celles-ci déclarent notamment (notre traduction)  :

  • « Quand vous fumez, la nicotine change véritablement votre cerveau – c’est pour cela que cesser de fumer est si difficile. »
  • « Toutes les cigarettes causent le cancer, des maladies pulmonaires, des crises cardiaques et des décès prématurés – légères, avec peu de nicotine, ultralégères et naturelles. Il n’y a pas de cigarette sécuritaire. »
  • « La fumée secondaire tue plus de 38 000 Américains chaque année. »
  • « Altria, R.J. Reynolds Tobacco, Lorillard et Philip Morris USA ont intentionnellement conçu des cigarettes plus toxicomanogènes [addictives]. »

Ces messages sont diffusés dans différents médias. À la télévision, ils seront visibles pendant un an, cinq fois par semaine, aux heures de grande écoute des trois principales chaînes (CBS, ABC et NBC). Ces affirmations seront aussi publiées dans une cinquantaine de quotidiens, à raison d’un message par mois pendant cinq mois. Enfin, ces 18 messages seront diffusés sur les sites Web des cigarettiers et sur l’emballage de leurs cigarettes. Les détails de cette communication restent toutefois à confirmer. Histoire de continuer à exposer et à dénoncer les méfaits du tabac et des cigarettiers.

Anick Labelle