Le tabagisme à la baisse chez les jeunes

L’Enquête québécoise sur le tabac, l’alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire, 2013 (ETADJES) montre une nette baisse de la consommation de tabac chez les jeunes. Or, tous les problèmes ne sont pas réglés pour autant!

Tabagisme à la baisse chez les jeunes

Avec optimisme et prudence : c’est ainsi que les groupes de lutte contre le tabagisme accueillent la dernière édition de l’ETADJES de l’Institut de la statistique du Québec. « La baisse importante du pourcentage de fumeurs chez les jeunes du secondaire entre 2008 et 2013 est une excellente nouvelle, mais elle ne doit pas faire oublier qu’il y a encore plus d’un jeune Québécois sur 10 qui fume », dit Mario Bujold, directeur général du Conseil québécois sur le tabagisme et la santé. Ces quelque 48 000 jeunes utilisent un produit toxique duquel plusieurs, on le sait, auront du mal à se défaire. « N’oublions pas non plus la multiplication des produits du tabac offerts dans plusieurs saveurs, comme les cigarillos ou le tabac à chicha, qui augmentent les probabilités que les jeunes fassent des essais », ajoute la Dre Geneviève Bois, porte-parole de la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac. Il est possible de faire mieux : en Colombie-Britannique, « seulement » 9 % des jeunes du secondaire utilisent un produit du tabac, selon l’Enquête sur le tabagisme chez les jeunes 2012-2013 du Centre pour l’avancement de la santé des populations Propel de l’Université de Waterloo. Au Québec, la solution passe notamment par une Loi sur le tabac plus sévère pour imposer l’emballage neutre et standardisé et interdire les saveurs dans tous les produits du tabac, incluant le menthol.

L’Enquête québécoise sur le tabac, l’alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire (ETADJES) a été menée tous les deux ans entre 1998 et 2008. Elle a toutefois été suspendue entre 2008 et 2013. En 2012, l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) a cependant réalisé l’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2010-2011 (EQSJS). Par contre, contrairement à l’ETADJES, celle-ci n’a mesuré que la consommation de cigarettes. La prochaine EQSJS paraîtra en 2016-2017 et la prochaine ETADJES, en 2019.

Quelle proportion de fumeurs parmi les élèves du secondaire?

12 % des jeunes Québécois sont fumeurs

La proportion de jeunes du secondaire qui ont fumé au cours des 30 derniers jours a diminué environ de moitié depuis 2008, passant de 22 % à 12 %. Plusieurs facteurs pourraient expliquer ce que l’Institut de la statistique du Québec qualifie de « gains appréciables ». Depuis 2008, les taxes sur les produits du tabac ont augmenté trois fois et l’étalage des produits du tabac aux points de vente a disparu. Par contre, si 12 % des élèves du secondaire ont fumé au cours des 30 derniers jours, seulement 4,2 % d’entre eux se considèrent comme fumeurs! « Ils ont l’impression d’être encore en phase d’expérimentation alors que, dans les faits, ils sont fumeurs et possiblement déjà dépendants », analyse la Dre Bois.

Le taux de tabagisme chez les jeunes Québécois a chuté de 22 % à 12 % entre 2008 et 2013

Source : Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur le tabac, l’alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire (incluant d’autres habitudes de vie), 2013.

 

Capture dÔÇÖe¦ücran 2015-03-13 a¦Ç 12.49.41

Qui sont les jeunes fumeurs?

Les jeunes ne sont pas tous égaux face au tabac. Il y a plus de fumeurs parmi ceux qui ont des fumeurs dans leur entourage ou qui reçoivent plus d’argent de poche.

 

 

Les jeunes avec plus d'argent de poche ou des frères et soeurs qui fument sont plus susceptibles de fumer.

Source : Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur le tabac, l’alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire (incluant d’autres habitudes de vie), 2013.

 

Les produits du tabac aromatisés : un véritable hameçonLes saveurs : un véritable hameçon

L’ETADJES 2013 mesure l’usage des produits du tabac aromatisés pour la première fois. L’enquête confirme la popularité de ces produits auprès des élèves du secondaire. Pas moins de 71 % de ceux qui ont fumé des produits du tabac au cours des 30 derniers jours ont opté pour un produit aromatisé.

 

Parmi les jeunes qui fument des cigarettes, 26% optent pour une cigarette au menthol

Source : Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur le tabac, l’alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire (incluant d’autres habitudes de vie), 2013.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture dÔÇÖe¦ücran 2015-03-13 a¦Ç 12.50.39Capables d’arrêter? 

Presque tous les jeunes qui ont fumé un produit du tabac au cours des 12 derniers mois se croient capables d’arrêter. Au cours de la dernière année, moins d’un sur deux a toutefois effectivement tenté de le faire. Parmi ceux qui ont fait le saut, environ la moitié ont repris le tabac depuis.

 

Près de 95% des jeunes fumeurs se sentent capables d'arrêter de fumer: dans les faits, moins de la moitié ont fait une tentative en ce sens en 2013.

Source : Institut de la statistique du Québec, Enquête québécoise sur le tabac, l’alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire (incluant d’autres habitudes de vie), 2013.