Le tabac chauffé : une nouveauté inquiétante?‎

Les trois plus grands cigarettiers au monde vendent désormais du tabac chauffé : des appareils qui réchauffent le tabac sans le brûler et qui – selon eux – seraient moins nocifs pour la santé que les cigarettes combustibles. État des lieux.

Est-ce possible d’imaginer un cigarettier s’engageant à créer un avenir sans fumée? Telle est la promesse inattendue qu’a formulée récemment le plus grand manufacturier de tabac au monde, Philip Morris International (PMI). Cet étonnant serment repose sur le tabac chauffé : un nouveau produit vendu par PMI qui chauffe le tabac sans le brûler et, donc, sans générer de fumée. PMI n’est pas seul dans ce nouveau créneau : British American Tobacco (BAT) et Japan Tobacco International (JTI) ont aussi leur marque de tabac chauffé. Que penser de ces nouveaux produits? Comment fonctionnent-ils? Sont-ils aussi sécuritaires que les cigarettiers le prétendent?

De quoi s’agit-il?

Le tabac chauffé est un produit hybride, qui se situe entre les cigarettes combustibles et les cigarettes électroniques. On peut supposer que les cigarettiers lancent ces produits afin de profiter de la popularité des cigarettes électroniques qui, elles, ne contiennent aucun tabac.

Il existe présentement cinq produits de tabac chauffé sur le marché : l’IQOS et le TEEPS, de PMI; le glo et l’iFuse, de BAT et le Ploom TECH, de JTI. Ces appareils n’ont pas tous le même mode de fonctionnement, selon une note rédigée par l’Unité de recherche sur le tabac de l’Ontario (URTO). L’IQOS, par exemple, chauffe le tabac à l’aide d’une bande de métal tandis que l’iFuse chauffe un liquide contenant de la nicotine avant de le faire circuler dans du tabac. Ploom TECH, pour sa part, chauffe une capsule de tabac humidifié.

Achats surveillés

Ces produits ne sont vendus pour l’instant que dans certains pays, dont le Japon et plusieurs pays européens. Aux États-Unis, PMI a soumis une demande de commercialisation pour l’IQOS. Au Canada, certains de ces produits sont déjà en vente dans quelques provinces, dont l’Alberta et l’Ontario. Certains produits de tabac chauffé sont aussi offerts en ligne, mais leur achat est surveillé de près par les cigarettiers (tout au moins au Canada). Il est impossible de commander une IQOS en ligne à partir du Québec, par exemple, puisque ce produit n’y est pas vendu en magasin. « La loi canadienne interdit l’envoi de produits du tabac par la poste et d’une province à l’autre », explique Rob Cunningham, analyste principal des politiques à la Société canadienne du cancer. Pour s’assurer que la loi est respectée, IQOS exige des acheteurs en ligne une preuve d’identité comportant une photo et une adresse.

Des lois sur le tabac qui s’appliquent

Au Québec, la Loi concernant la lutte contre le tabagisme s’applique à ces produits. En effet, la loi encadre le tabac, « quelles que soient sa forme et sa présentation » ainsi que « la cigarette électronique et tout autre dispositif de cette nature que l’on porte à la bouche pour inhaler toute substance contenant ou non de la nicotine. » La Loi sur le tabac fédérale s’applique également. Par contre, lors des audiences publiques sur la révision de cette loi, en avril, Rothmans, Benson & Hedges – la filiale canadienne de PMI – a réclamé que le tabac chauffé soit soumis à une réglementation moins sévère puisque celui-ci serait moins nocif pour la santé que le tabac combustible. Aux États-Unis, PMI a soumis un dossier qui donnerait à l’IQOS le statut de produit du tabac au risque modifié, c’est-à-dire présentant un risque moindre. En fait, c’est tout juste si, armés de ces nouveaux appareils, PMI et ses semblables ne se présentent pas comme des partenaires de la santé publique! Or, la première étude indépendante sur ces produits, parue dans la version en ligne de JAMA Internal Medecine du 22 mai 2017, montre que ces produits génèrent plusieurs substances irritantes ou carcinogènes. Bref, même chauffé, le tabac resterait un produit peu recommandable pouvant créer des problèmes de santé et très certainement une forte dépendance.

Anick Labelle