Essor des campus sans fumée

Le Cégep de Sainte-Foy est l’un des 65 collèges et universités au Canada qui sont 100 % sans fumée.

À travers le Canada et les États-Unis, de plus en plus d’établissements collégiaux et universitaires interdisent complètement de fumer sur leur campus (bâtiment, terrains et stationnements inclus). C’est ce que constate la Société canadienne du cancer (SCC) dans un rapport publié en septembre 2018. On y recense 65 collèges ou universités sans fumée au Canada, c’est-à-dire deux fois plus qu’en 2017 – et cinq fois plus qu’en 2016. Encore mieux, depuis la publication du rapport, une douzaine d’établissements se sont ajoutés à la liste.On constate une tendance semblable aux États-Unis, où plus de 2000 campus sont désormais sans fumée, selon l’American Nonsmokers’ Rights Foundation.

Le rapport de la SCC montre que le Québec abrite presque la moitié des établissements d’enseignement supérieur sans fumée au Canada. Cela s’explique par l’adoption de la Loi concernant la lutte contre le tabagisme à la fin 2015. Cette loi exige que tous les établissements d’enseignement supérieur, ainsi que les établissements de santé, adoptent une politique d’environnements sans fumée. « Le gouvernement a laissé les établissements déterminer eux-mêmes le contenu de leur politique ainsi que son échéancier de mise en œuvre, ce qui a certainement contribué à l’enthousiasme des cégeps et des universités à se fixer des cibles ambitieuses, comme un campus entièrement sans fumée », estime Flory Doucas, codirectrice et porte-parole de la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac. « Dans le reste du Canada, la légalisation du cannabis a poussé plusieurs collèges et universités à aller de l’avant », ajoute Rob Cunningham, analyste principal des politiques à la SCC.

Les environnements scolaires sans fumée n’offrent que des avantages. Ils contribuent à la propreté des lieux, protègent les étudiants, les professeurs et les employés de la fumée secondaire et concourent à dénormaliser et à décourager l’usage du tabac. Ne reste plus qu’à espérer que l’ensemble des quelque 260 collèges et universités du Canada deviennent tous des environnements sans fumée – ce qui pourrait survenir plus rapidement qu’on le pense!

Anick Labelle