Dépendants… au goudron?

La jeune femme l’admet d’emblée : elle ne sait pas ce qui l’a attirée dans le goudron. « Je trouvais que ç’avait l’air bon, dit-elle à la caméra. J’avais l’impression que ça réglait mes problèmes, même si je sais que ce n’est pas vrai. » Évidemment, c’est la nicotine présente dans le tabac qui rend les fumeurs dépendants. Mais De Facto a choisi l’absurde pour sa 10e campagne de prévention du tabagisme en mettant l’accent sur l’un des 7000 produits toxiques que les fumeurs aspirent avec la fumée de tabac.

De Facto est un projet du RSEQ (Réseau du sport étudiant du Québec) qui s’adresse aux jeunes de 17 à 24 ans. « La campagne sur le goudron a mis l’accent sur la dépendance que créent les produits du tabac, annulant la question de choix », explique le directeur général du RSEQ, Gustave Roel. L’objectif de la campagne : accrocher les jeunes et amorcer chez eux une réflexion sur le tabagisme. « Ceux qui veulent en savoir plus sont invités à visiter le site madependancetoxique.ca, où ils y trouvent notamment des informations sur les stratégies de l’industrie du tabac et des liens utiles vers les services J’ARRÊTE et le SMAT », ajoute M. Roel. Cette campagne annuelle a été diffusée jusqu’à la mi-décembre dans les cégeps et les universités ainsi que sur le Web, à la télévision et en affichage.

Anick Labelle